Archives mensuelles : décembre 2014

La Reine de Saba

Visite de la Reine de Saba

Visite de la Reine de Saba

La Reine de Saba était la souveraine d’une ville située quelque part en Ethiopie ou au Yemen. Selon les sources, elle apparaît comme une très belle reine douée d’une grande sagesse où bien comme une magicienne.

Les uns l’ont appelée Makéda, d’autres Balkis au Yemen Baqama.

D’après des écritures plus tardives, elle se serait appelée Neghesta-Azeb, la Reine du Midi.

L’emplacement véritable de son royaume teinté d’exotisme est longtemps resté une énigme.

Dans la Bible elle porte le nom de Sheba ou Reine du Midi.

Cette souveraine avait entendu parler de la renommée du Roi Salomon, fils du Roi David.

Voulant juger par elle même de la sagesse de ce roi, elle se rendit à Jérusalem « par la route de l’or et de l’encens », accompagnée d’une longue suite et chargée de présents qui furent chaleureusement offerts a ce souverain.

Accueillie avec les plus grands honneurs dans le palais nouvellement conçu du Roi d’Israël, Salomon, lui rendit tous les hommages dûs à une Reine.

Elle fut impressionnée par les réponses pertinentes à ses questions, ce qui confirma sa réputation de sagesse et dépassa ce que la Reine avait auparavant entendu dire.

Elle voulut mettre le Roi Salomon à l’épreuve :

                                   Elle fit venir sept petits garçons et sept petites filles tous                                                                      habillés et coiffés de la même façon.                                                                                                     Rien ne pouvait les distinguer.                                                                                Elle demanda au Roi Salomon de séparer les garçons des filles.                               Le Roi fit apporter aux enfants une grosse banaste remplie de fruits secs                                              et de friandises puis il invita les enfants à se servir autant qu’ils                                                                                            souhaitaient.                                                                                                    Tous les garçons relevèrent leur tunique et la remplirent                                                      de friandises tandis que les filles se servirent discrètement.

Durant cette visite, elle fut séduite par le charme du Roi Salomon et retourna enceinte, dans son pays.

Elle donna naissance à un fils appelé Ménélik. L’enfant devint plus tard Roi d’Ethiopie, son pays pouvant dès lors revendiquer une filiation avec le peuple hébreu.

Quoique rien de tout cela n’apparaisse dans la Bible, cette version alimente le fonds                                                              culturel éthiopien depuis des siècles.

Salomon et la Reine de Saba

Salomon et la Reine de Saba

                                                                        

                   

Sir Moïse Haïm Montefiore

Le carosse de Moise Montefiore

Le carrosse de Moise Montefiore

 

Moïse Haïm Montefiore naît en 1784 en Italie, Juif Sépharade, il visita la Terre Sainte pour la première fois en 1827 cette visite de Jérusalem, de quelques jours seulement, changea sa vie. Il devint alors un homme Pieux qui respecte les observances de tout juif religieux.

Trois ans plus tôt, il avait pris la décision de se retirer de ses affaires au Royaume-Uni,  et se consacra à l’âge de 40 ans à aider, grâce à son immense fortune, la population juive de  »Terre Sainte » qui vivait dans une grande misère, Il devint le défenseur de la cause des Juifs partout dans le monde, il y consacra le reste de sa vie particulièrement longue – il mourut a 101 ans.

Par philanthropie, non seulement Il lutta contre la discrimination dans son propre pays mais aussi dans le monde entier en Turquie, Russie, Maroc et en Perse toujours dans le but d’alléger la condition des Juifs de ces pays.

Le moulin de Moses Montefiore - Mishkenot Sha'a nanim

Le moulin de Moses Montefiore – Mishkenot Sha’a nanim

En 1855, Moïse Montefiore construisit les premières maisons hors de l’enceinte de la vieille ville, dans un quartier appelé  »Yemin Moshe » où  »Mishkenot Sha’a nanim » voulant dire le  »Domaine des Bienheureux », toujours dominé par le célèbre moulin de Montefiore érigé en 1857.  Ces maisons étaient destinées aux Juifs qui logeaient pauvrement dans la Vieille Ville dans un quartier surpeuplé où les conditions d’hygiène étaient déplorables,

Le moulin, rénové dernièrement,  n’a jamais vraiment fonctionné en raison du manque de vent à Jérusalem.

Simon Sebag Montefiore raconte dans son livre  »Jérusalem »

 »En Mars 1840, sept Juifs de Damas furent accusés d’avoir tué un moine chrétien et son serviteur musulman afin d’utiliser leur sang pour un sacrifice humain à Pâque. Alors qu’il venait a peine de rentrer à Londres, Sir Moïse Montefiore, soutenu par les Rothschild, prit la tête de la campagne pour sauver les Juifs damascènes de ces persécutions médiévales. Unissant ses forces à celles du juriste français Adolphe Cremieux, Montefiore se précipita à Alexandrie où il intercéda auprès de Mehmet Ali pour qu’il fasse libérer les prisonniers. Mais quelques semaines plus tard, il y eut un nouveau cas d’accusation de crime rituel à Rhodes. Montefiore prit le bateau pour Istanbul, où il fut reçu par le sultan, qu’il persuada d’émettre un décret réfutant catégoriquement ces rumeurs de crimes rituels. Montefiore connut là son plus grand succès – mais il devait autant à sa nationalité qu’au caractère parfois musclé de sa diplomatie. En ce temps-là, il était doux d’ être anglais au Moyen-Orient. »

Homme d’affaires, innovateur, investisseur, fondateur et directeur de banque, son objectif était de favoriser l’Industrie, l’Education et la Santé.

                         De nombreux honneurs lui sont rendus au cours de sa vie                                                                  Il est fait Chevalier ainsi que Baronnet.

                          Son 100 ième Anniversaire sera fêté dans toute la Grande-Bretagne.

Il est venu sept fois en Terre Sainte tout d’abord en chariot puis en bateau parfois accompagné de sa femme, Judith, qui malgré sa santé fragile le suivait.                                 Son carrosse, lui aussi rénové, est exposé près du moulin.

                                Il avait quatre-vingt-onze ans quand il entreprit son dernier voyage.

                                              Il meurt en 1885 en Angleterre, à Ramsgate (Kent).

                                   Il existe une chanson célèbre en hébreu sur Sir Montefiore

                                        Ha’Sar Moshe Montifiori,  (Le Ministre Moshe Montefiore)

                            On raconte aussi qu’il montait dans son carrosse pour aller                                                                               distribuer son argent aux pauvres.

 

 

Le blason des Montefiore

Le blason des Montefiore