La Reine de Saba

Visite de la Reine de Saba

Visite de la Reine de Saba

La Reine de Saba était la souveraine d’une ville située quelque part en Ethiopie ou au Yemen. Selon les sources, elle apparaît comme une très belle reine douée d’une grande sagesse où bien comme une magicienne.

Les uns l’ont appelée Makéda, d’autres Balkis au Yemen Baqama.

D’après des écritures plus tardives, elle se serait appelée Neghesta-Azeb, la Reine du Midi.

L’emplacement véritable de son royaume teinté d’exotisme est longtemps resté une énigme.

Dans la Bible elle porte le nom de Sheba ou Reine du Midi.

Cette souveraine avait entendu parler de la renommée du Roi Salomon, fils du Roi David.

Voulant juger par elle même de la sagesse de ce roi, elle se rendit à Jérusalem « par la route de l’or et de l’encens », accompagnée d’une longue suite et chargée de présents qui furent chaleureusement offerts a ce souverain.

Accueillie avec les plus grands honneurs dans le palais nouvellement conçu du Roi d’Israël, Salomon, lui rendit tous les hommages dûs à une Reine.

Elle fut impressionnée par les réponses pertinentes à ses questions, ce qui confirma sa réputation de sagesse et dépassa ce que la Reine avait auparavant entendu dire.

Elle voulut mettre le Roi Salomon à l’épreuve :

                                   Elle fit venir sept petits garçons et sept petites filles tous                                                                      habillés et coiffés de la même façon.                                                                                                     Rien ne pouvait les distinguer.                                                                                Elle demanda au Roi Salomon de séparer les garçons des filles.                               Le Roi fit apporter aux enfants une grosse banaste remplie de fruits secs                                              et de friandises puis il invita les enfants à se servir autant qu’ils                                                                                            souhaitaient.                                                                                                    Tous les garçons relevèrent leur tunique et la remplirent                                                      de friandises tandis que les filles se servirent discrètement.

Durant cette visite, elle fut séduite par le charme du Roi Salomon et retourna enceinte, dans son pays.

Elle donna naissance à un fils appelé Ménélik. L’enfant devint plus tard Roi d’Ethiopie, son pays pouvant dès lors revendiquer une filiation avec le peuple hébreu.

Quoique rien de tout cela n’apparaisse dans la Bible, cette version alimente le fonds                                                              culturel éthiopien depuis des siècles.

Salomon et la Reine de Saba

Salomon et la Reine de Saba

                                                                        

                   

Publicités

10 réflexions au sujet de « La Reine de Saba »

  1. 286.arnaud@laposte.net

    Bonjour NICOLE   une fois de plus vos commentaires sont passionnants et je vous en remercie   ces recherches doivent vous donner beaucoup de travail et je vous en félicite   avec toute mon amitié   MARC (Arnaud) 

    Répondre
  2. Cadoret

    Bonjour Nicole
    Vous allez bien? Merci pour ces belles publications. C’est toujours interressant ! J’ai apprécié ce voyage et votre compagnie, et tout les détails concernant vos informations historiques. J’espère un jour y retourner. Bien amicalement. Ghyslaine

    Répondre
  3. Anwen

    Bonjour,
    Permettez quelques mots sur la reine de Saba et les Mystères de Jérusalem.
    Au verset 5 du second livre de Samuel, il est dit : « Il n’en était pas ainsi de ma maison ; mais Elle m’a établi dans une alliance éternelle, bien ordonnée, et ferme en toutes choses. Elle est toute ma délivrance et tout mon plaisir, et ne fera t elle pas fleurir ma maison ? »
    L’alliance éternelle et bien ordonnée dont parle le verset 5 fait allusion à la fondation d’une immense fraternité secrète qui a été éternelle en effet, puisqu’elle est devenue la Franc-Maçonnerie.
    Les luttes soutenues par la Reine Daud (devenue le « roi David ») avaient fait comprendre à cette grande femme que la puissance féminine, qui s’affaiblissait, ne reprendrait ses forces que dans une organisation nouvelle, mais secrète, qui permettrait aux défenseurs de l’ancien régime gynécocratique de se réunir, de s’instruire, de se concerter pour l’action contre l’envahissement du pouvoir masculin qui s’imposait par la force.
    Elle comprit que les femmes ne pouvaient plus lutter ouvertement et qu’il leur fallait désormais trouver un moyen de se réunir pour s’entendre et continuer à enseigner l’antique vérité, sans être inquiétées par leurs ennemis.
    On retrouve partout cette préoccupation des femmes antiques qui leur fait chercher « la sécurité », ce qui prouve bien que les hommes les persécutaient, qu’ils empêchaient leurs réunions, par ruse ou par violence, en même temps qu’ils les livraient à la raillerie et à la calomnie des « impies », c’est-à-dire des envieux, des hommes pervers.
    C’est alors que nous voyons naître l’institution d’une grande Société secrète, et jeter les fondements d’un Temple, sanctuaire respecté où les femmes et leurs alliés s’entourent de grandes précautions, pour empêcher l’introduction parmi elles de ceux qui pouvaient les trahir.
    Ce sont ces femmes qui, avec Daud, posèrent la première pierre de ce Temple mystique. Nous disons mystique parce qu’on va y déposer l’arche qui contient le Sépher de Myriam (la Génese, premier livre du Pentateuque), et que le mot mystique, comme mystère, désigne tout ce qui nous vient de cette grande Femme.
    Cependant, c’est à Salomon que la Bible masculine attribuera la construction du Temple, et le récit en sera même fait avec un si grand luxe de détails que nous considérons cette exagération comme une preuve de sa fausseté. C’est en mentant qu’on explique le plus et qu’on prend le ton le plus affirmatif.
    Daud entreprit donc de faire construire à Jérusalem un Temple, qu’elle appela la Maison de Hevah.
    Elle y employa des richesses immenses et en fit un édifice somptueux, qui eut une renommée mondiale et qu’on venait voir de partout. Le nom sacré de Hevah, ???, était sur le fronton. Lorsque le Temple eut été bâti, le Livre ainsi que l’arche furent déposés dans le sanctuaire.
    Cette construction était faite de façon à rappeler, dans les détails, la science de Myriam qu’on allait y enseigner. Sept marches s’élevaient devant l’entrée pour rappeler les sept Elohim. La construction était située de façon que l’estrade était à l’Orient. Dans la salle était un endroit appelé l’Oracle, où se plaçait l’Orateur, car c’est surtout pour enseigner que le Temple fut édifié.
    La Bible vulgaire raconte la construction du temple d’après les renseignements des prêtres de la religion juive, qui ne furent jamais initiés aux Mystères de Jérusalem, et n’en connurent jamais que ce qu’on en révélait aux profanes ; aussi leur histoire est pleine de confusion et d’inexactitude.
    La reine Daud ne fut pas seule à fonder l’Institution secrète qui devait se propager jusqu’à nous à travers la Franc-Maçonnerie.
    Elle eut deux collaboratrices : deux Reines-Mages (ou Magiciennes) qui, avec, elle, formèrent le Triptyque sacré que les trois points de l’Ordre ont représenté depuis.
    L’une est Balkis, reine d’Ethiopie (appelée la reine de Saba), l’autre est une reine de Tyr, que l’on a cachée derrière le nom d’Hiram : « Hiram » doit se lire de droite à gauche comme lisent les Hébreux et non de gauche à droite suivant L’usage des Européens : Hiram alors devient Maria ou plutôt Myriam. Le heth final en hébreu se prononce A. (plus d’informations sur mon blog à l’article consacré à l’Israélisme)
    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s