Archives mensuelles : janvier 2015

Les oiseaux migrateurs

 

   Le saviez-vous ?

Plus de 530 millions d’oiseaux migrateurs traversent Israel
chaque année lors des migrations, dont plus de 1 million
de grands rapaces.

Israël est, en dehors de l’isthme de Panama, le point de passage le plus important au monde d’oiseaux migrateurs.

Les flux en provenance d’Europe du nord et d’Asie du nord s’y rejoignent an printemps pour suivre ensuite la Mer Rouge et rejoindre la vallée du Rift en Afrique, puis en sens inverse à l’automne.

Les principales espèces d’oiseaux migrants sont les cigognes blanches et noires, le pélican blanc, la boudrée apivore et l’épervier du Levant.

 

oiseaux-migrateurs2

Publicités

Le Marché d’antiquités de Tel-aviv

   Un Marché d’antiquités vous est proposé tous les  mardis et vendredis sur la Place Zina                                                          Dizengoff à Tel-aviv

                  Les couleurs et la diversité sont un grand plaisir pour les yeux.

                 Une partie du marché est également réservée à la vente de vêtements de style                                     intemporel à des prix défiants toute compétition

marche de dizengoff 4

marche de dizengoff marchede dizengoff

Le Rite du Feu Sacré

Le Tombeau du Christ au Saint Sepulchre

Le Tombeau du Christ au Saint Sepulchre

 Le rite du Feu Sacré

C’est un rite millénaire qui symbolise l’éternité, la paix et la résurrection du Christ.

Un des moments primordiaux du christianisme oriental.

La tradition situe au Saint-Sépulcre les derniers épisodes de la Passion du Christ, sa crucifixion, sa mise au tombeau et sa résurrection.

Nombreux sont les fidèles chrétiens qui, à l’occasion de cette cérémonie traditionnelle du « Feu Sacré » de la Pâque orthodoxe, viennent au Saint-Sépulcre à Jérusalem.

Dès les première heures du jour une foule de croyants attend impatiemment ce prodige. L’atmosphère est tendue. Le patriarche grec-orthodoxe entre dans la chapelle du tombeau vide, et, selon la tradition, tandis qu’il est en prière pendant de longues heures,  apparaît un rayon de lumière, qui ne brûle pas, mais scintille et illumine.  Le patriarche allume ses cierges, ainsi qu’un bouquet assemblé de trente trois bougies, trente-trois comme l’âge du Christ. et, une fois transmis, le Feu Sacré se propage très rapidement parmi les fidèles. Des cris de joie explosent, certains pleurent, d’autres chantent,

À l’extérieur, les  »Kyrie Eleison » « CHRIST EST RESCUSCITE » se font de plus en plus pressants, les mains se tendent brandissant bougies et cierges.

                                    Le secret concernant l’origine du  »Feu Sacré » est soigneusement                                                                 préservé par la hiérarchie orthodoxe.

Sur le parvis de la Basilique, la police israélienne assure l’ordre, il est souvent Impossible de faire rentrer tant de monde dans cette enceinte sacrée.

Cette journée est faite de chants, de musique, de prières et de cérémonies pour chaque   Église selon leur tradition.

Six communautés chretiennes gèrent le Saint-Sépulcre : les Grecs orthodoxes, les Catholiques de rite latin, les Arméniens apostoliques, les Coptes égyptiens, les Syriaques orthodoxes et les Ethiopiens orthodoxes. Chacune des Eglises contrôle une partie soigneusement délimitée du bâtiment.

                         Dans le passé, cette cérémonie a été plusieurs fois gâchée par                                                      des bagarres entre fidèles des différentes communautés                                                                       et des drames à l’intérieur du Saint-Sépulcre.

feu sacre 2

 

 

 

Le Syndrome de Jérusalem

Un touriste qui se promene encore de nos jours dans la vieille ville de Jerusalem

Un touriste qui se promène encore de nos jours dans la vieille ville de                                Jérusalem toujours pieds nus en hiver comme en été

                                      Le syndrome de Jérusalem

Depuis des siècles Jérusalem reçoit des milliers de visiteurs. Parmi ceux-ci un petit nombre est victime de ce que les spécialistes appellent le ‘syndrome de Jérusalem »  issu d’un choc émotionnel non maîtrisable lié à la proximité des Lieux Saints…

On dénombre environ une quarantaine de personnes qui seraient hospitalisées à Jérusalem pour ce type de symptômes : ils se prennent pour le Messie, Marie Madeleine ou tout autre personnage biblique. Leur comportement peu conventionnel et leur costume atypique surprennent souvent.

Cela est devenu une habitude d’accueillir dans les services d’urgences des hôpitaux de la capitale ces faux messies, quelque peu illuminés qui perdent contact avec la réalité, attirés par l’aura mystique de la Ville Sainte.

Contrairement à ce qui était attendu, l’an 2000 ne fut pas le lieu de refuge de tous ces  »faux messies » .  Il en vint quelques uns et la Police Israélienne avec l’aide de psychiatres et psychologues étaient là pour les prendre en main.

Les spécialistes de l’hôpital psychiatrique de Kfar Shaul à Jérusalem ont publié en août 2000 dans le British Journal of Psychiatry une étude qui fait le point sur ce syndrome :

Jérusalem, une ville qui combine le sens du sacré, de l’histoire et du paradis, exerce une attraction sans égal pour les croyants de plusieurs religions du monde –  en particulier les juifs, les chrétiens et les musulmans.

Quand les gens rêvent de Jérusalem, ils ne voient pas la Jérusalem moderne et politiquement controversée, mais plutôt la Ville Sainte religieuse et biblique.

Depuis 1980, les psychiatres de Jérusalem ont rencontré un nombre croissant de touristes qui, en arrivant à Jérusalem, souffrent de décompensation psychotique. En raison de la fréquence élevée de ce phénomène, il a été décidé de diriger tous ces cas vers un seul établissement — l’hôpital psychiatrique de Kfar Shaul — pour des conseils psychologiques, une intervention psychiatrique et, si nécessaire, une admission à l’hôpital. Sur une période de 13 ans (1980-1993), 1200 touristes avec des problèmes mentaux graves liés à Jérusalem ont été dirigés vers cet établissement. Parmi ceux-ci, 470 ont été admis à l’hôpital qui voit en moyenne 100 touristes par an pour cette affection, dont une quarantaine doivent être hospitalisés.

Un palestinien et son âne tout comme a l'époque Biblique fait la joie des visiteurs sur le Mont des Oliviers

Un palestinien et son âne tout comme a l’époque Biblique fait la joie des visiteurs sur le Mont des Oliviers