Archives pour la catégorie Mont des Oliviers

Une visite royale…non officielle

Les funérailles de l’ancien Président d’Israël Shimon Pères ont été célébrées le 30 Septembre a Jérusalem.

De nombreux dignitaires ont, pour cette occasion, rendu un dernier hommage à ce Grand Homme.

Le Prince Charles en faisait partie.

A la fin de la cérémonie, qui s’est déroulée sur le Mont Herzl à Jérusalem,  le Prince Charles s’est éclipsé pour rendre visite aux sœurs russes orthodoxe du couvent de Sainte Marie Madeleine situé sur le Mont des Oliviers, où elles vivent en recueillement.

Il voulait déposer un bouquet de fleurs, cueillies dans le jardin de sa résidence écossaise, sur  la tombe de sa grand mère, Alice de Grèce, née de Battenberg en 1927, mère du Prince Philip.

Une visite qui devait lui tenir a cœur…

Une grand mère remarquable qui reçut du Yad Vashem en 1994 le titre posthume  de

                                                 « Juste parmi les nations »

pour avoir, durant la deuxième guerre mondiale, cachée chez elle une famille juive.
Le prince consort Philip fut l’invité d’honneur de cette cérémonie du Yad vashem organisée en l’honneur de la Princesse Alice.
Au cours de cette visite, Il se recueillera sur la tombe de sa mère sur le mont des Oliviers n’y étant jamais venu au préalable.

Une deuxième sépulture royale se trouve également dans la crypte de ce couvent, celle de la grand-tante du Prince Charles,  la duchesse Elisabeth Fiodorovna de Russie,  assassinée par les Bolcheviks en 1918.

 Mais qui était cette Princesse Alice de Grèce ?

Allice de Battenberg

Allice de Battenberg

La Princesse Alice de Battenberg voit le jour le 25 février 1885 au château de Windsor.

La Reine Victoria sa grand-mère lui est très proche et celle-ci se rend compte que sa petite fille est handicapée et souffre de surdité congénitale. La princesse Alice parviendra à lire sur les lèvres et à parler très correctement, maîtrisant en grandissant plusieurs langues, grâce à l’aide qui lui est apportée.

A 17 ans, la Princesse Alice rencontre pour la première fois le Prince André de Grèce et les  jeunes gens tombent réciproquement amoureux. Les familles respectives marquent une certaine réticence vu le jeune âge d’Alice mais le couple s’unira et leur mariage sera annoncé.

La princesse donne naissance à 4 filles et un garçon.

La vie devient difficile à partir de 1911 pour la famille royale grecque suites aux guerres balkaniques la tension monte dans le pays. A l’assassinat de son beau père, la princesse et les siens partent en exil et s’installe à Lucerne en Suisse.

Elle reviendra vivre finalement a Athènes en 1938 et y restera jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale. Elle travaille pour la Croix rouge et se dévoue auprès des malades dans les hôpitaux de campagne. Convertie à la religion orthodoxe elle devient de plus en plus mystique,..

En 1949, la princesse fonde un ordre de nonnes orthodoxes qui s’inspire de celui créé à l’époque par sa tante la grande-duchesse Elisabeth de Russie, née princesse de Hesse.

La princesse assiste en 1953 au couronnement de sa belle-fille la Reine Elizabeth. Comme lors de ses apparitions à cette époque, elle porte une tenue de son ordre religieux.

Prince Phillip and her mother

Prince Phillip and her mother

 

 

 

 

 

Décembre 1967, après un nouveau coup d’état en Greece,  la princesse doit à nouveau prendre la fuite.

Elle s’installera au Palais de Buckingham près de sa famille.

Elle s’éteint à Londres le 5 décembre 1969 et est inhumée en la chapelle du château de Windsor.

La princesse Alice avait comme dernières volontés d’être enterrée à Jérusalem. 

En 1988, sa dépouille sera enfin transférée au couvent de Sainte-Marie Madeleine à Jérusalem où elle repose à côté de sa tante la grande-duchesse Elisabeth de Russie.

Le Monastère Sainte Marie Madeleine

Le Monastère Sainte Marie Madeleine

Les œuvres d’Antonio Barluzzi – Un architecte remarquable

L’architecte Antonio Barluzzi (1884-1960)

L’architecte Antonio Barluzzi

L’architecte Antonio Barluzzi (1884-1960) est né à Rome, il consacra sa vie à la Terre Sainte en concevant pour le compte de la Custodie de la Terre Sainte des nouveaux Sanctuaires, parmi lesquels les premiers édifices bâtis au pied du Mont des Oliviers appelé  »Gethsémani » voulant dire le  »Pressoir à huile » et sur le Mont Tabor  »l’Eglise de la Transfiguration », qui furent suivis par bien d’autres ouvrages.

Barluzzi apporta à la Terre Sainte une architecture nouvelle. Auparavant, les concepteurs suivaient les styles des époques passées en reconstruisant des églises de forme gothique-croisée, byzantine ou classique.

Antonio Barluzzi, profondément croyant, conçut ces sanctuaires religieux de façon à rappeler le « Mystère de la vie de Jésus » et afin qu’une sérénité soit ressentie par tous les fidèles durant leur visite dans ces lieux sacrés.

Après avoir reçu la mission de concevoir la nouvelle « Église de Toutes-les-Nations » à Gethsémani,  projet qui prévoyait également la conception du Sanctuaire du  Mont Tabor, Barluzzi adapta le projet en fonction des découvertes qui eurent lieu au même moment sur les ruines de l’Eglise byzantine du IVème siècle.

La basilique a été conçue comme un espace unique, comprenant seulement deux rangées de six colonnes, à l’intérieur duquel la lumière est filtrée par des vitrages de couleur bleu nuit et où scintillent des milliers d’étoiles nous rappelant la Nuit de l’agonie de Jésus.

Les mosaïques qui ornent les absides sont des illustrations d’événements s’étant produit sur le Gethsémani : l’agonie, l’arrestation avec le baiser de Judas.

L’Eglise fut construite en 1924 et le Judas representé nous rappelle l’image du Juif typique de cette époque antisémite.

Les décorations des voûtes et des petites coupoles prennent la forme des oliviers du Jardin et représentent le ciel étoilé de la nuit de la trahison, tandis que la coupole dorée, au-dessus du presbytère, rappelle le mystère céleste.

Tout a été spécifiquement pensé pour rendre ce lieu propice à la méditation et à la prière et pour conduire vers l’élément le plus important : la pierre, rappelant l’emplacement où Jésus passa la nuit à pleurer et prier, située à proximité de l’autel.

 

On l’appelle aussi la Basilique de Toutes-Les-Nations car douze nations ont participés à sa construction, chiffre symbolique représenté par les douze dômes.

Antonio Barluzzi était assez frusté de n’être pas assez connu aussi laissa                                         t’il son empreinte en se faisant représenter sur la voûte de la                                                               coupole de l’abside de droite,

Il en sera de même dans  » l’Eglise de la Visitation » à Ein Karem où on peut le voir peint sur un des tableaux à l’intérieur de l’Eglise.

En 1960 commencèrent les constructions d’une église encore plus remarquable celle de                 » l’Annonciation à Marie » à Nazareth.

Barluzzi mourut cette année là et n’aura pas l’occasion de voir cette Eglise construite d’après ses plans.

La Basilique de l'agonie - Gethsemanie

La Basilique de l’agonie – Gethsemanie

Le Mont des beatitudes et l'Eglise du Sermon de la Montagne

Le Mont des beatitudes et l’Eglise du Sermon de la Montagne

Mont Tabor - L'Eglise de la Transfiguration

Mont Tabor – L’Eglise de la Transfiguration

Vue du Mont Tabor et de l'Eglise de la Transfiguration

Vue du Mont Tabor et de l’Eglise de la Transfiguration

Le Mont des Oliviers

« Au jour de Yahvé,  Dieu se tiendra sur le Mont des Oliviers », peut-on lire chez le prophète Zacharie.

Cette vue unique de la Vieille Ville de Jérusalem, du Mont des Oliviers est un haut lieu de pélerinage et de réflexion pour ces nombreux visiteurs venus pour les fêtes de Pâques.

20150411_10333120150411_103210