Archives pour la catégorie Tel-aviv

Le peintre JonOne en visite en Israël

JonOne et une de ses peintures

JonOne et une de ses peintures

JonOne, artiste peintre graffeur, en visite en Israël est l’invité d’honneur de la Gallerie 32 de   Tel-Aviv, celle-ci présente une magnifique exposition de ses œuvres.

j’ai été très heureuse d’être son guide ainsi que celui de sa famille et amis pendant quelques jours.

John Andrew Perello est né en 1963 dans le quartier de Harlem à New York de parents originaires de la République dominicaine.  En tant qu’enfant d’Harlem son introduction à l’art de rue a commencé à un âge précoce. Il se familiarise très tôt avec les graffitis et tags dessinés sur les voitures du métro ainsi que sur les murs de la ville, « Le métro est un musée qui traverse la ville » dit-il. A 17 ans, il entre dans le monde du graffiti avec son ami d’enfance « White Man, » en marquant son nom Jon avec le numéro 156 sur les murs et les trains de son quartier. Il s’installe a Paris en 1987, ce fut pour lui une révélation. Paris était le noyau du street art, affirme t-il et cette ville l’inspire et le fascine toujours autant, encore aujourd’hui.

Peintre de renommé, il a éxécuté une oeuvre street art de ‘Marianne’ exposée au Palais Bourbon. Ce même dessin sera bientôt imprimé sur les timbres postaux de la République Française.

JonOne A Beautiful Madness -about the artist  YouTube Movie.

Le tableau de Marianne fait par JonOne au Palais Bourbon

Le tableau de Marianne fait par JonOne au Palais Bourbon

Le Mont des Oliviers avec Shanae, Chritophe, Gemal, Jon and Mai

Le Mont des Oliviers avec Shanae, Chritophe, Gemal, Jon and Mai

Jon devant le Dome du Rocher Jerusalem

Jon devant le Dome du Rocher Jerusalem

Publicités

Tel-aviv-Sarona et les Templiers Allemands

Quartier de Sarona - Tel-aviv

Quartier de Sarona – Tel-aviv

Ce courant religieux protestant appellé « La Société des Templiers » est fondé au XIXème siècle en Allemagne par Christoph Hoffman et préconise pour ses fidèles l’installation en Palestine, le retour aux sources du Christianisme et la création d’implantations urbaines et agricoles en Palestine.

Compromis avec le nazisme, après la deuxième guerre mondiale, l’ensemble de la communauté des Templiers avec leurs sept colonies en Palestine a été expulsé vers l’Australie pour ne jamais revenir.

Ils sont arrivés en Palestine plus d’une décennie avant que les premiers immigrants  juifs sionistes n’arrivent et à bien des égards, ils leur ont servi de modèles.

Malgré leur faible nombre dans le pays, les Templiers n’en contribuent pas moins au
développement des techniques modernes agricoles en Palestine et ils ont rapidement gagné une réputation pour leurs compétences et précision dans l’exécution des travaux.

Ils ont planté des vignobles et des vergers en utilisant des techniques modernes inconnues en Palestine,  Ils ont mis en place les premiers moulins à huile où à grain qui opéraient avec une machine à vapeur. Ils ont puisé dans la terre pour trouver cette eau si rare et nécessaire à la survie de chacun. Ils ont ouverts les premiers hôtels et pharmacies de style européen, et se lancèrent dans la production de produits de base importants comme le savon et le ciment – ou la bière et le vin. Ils ont été les premiers dans le marché des « Oranges de Jaffa ».

Leurs belles maisons exemplaires, d’une élègance continentale, avec leurs toits de tuiles rouges étaient entourées de jardins fleuris. Ces quartiers qui de nos jours sont devenus, après leurs rénovations, des lieux branchés et  luxueux que ce soit à Jérusalem, Haifa, Bethlehem en Galillée, Jaffa et Sarona à Tel-Aviv.

Le quartier de Sarona comprend 37 maisons des Templiers qui ont été renovées (sur 85 de l’époque des Templiers)  5 d’entre elles ont même été soulevées et déplacées pour élargir la rue Kaplan et permettre une meilleure circulation. Ce projet, qui a duré des années, est enfin terminé et l’on peut voir ces grands immeubles luxueux qui se construisent sur l’emplacement de ces maisons qui ont été détruites ainsi que des magasins et restaurants de haute gastronomie dont un est installé dans des salles voutées souterraines qui servaient de coopérative agricole aux Templiers.

Ces quartiers uniques nous permettent de garder un regard sur le passé et je me suis entendue dire que cette communauté dont les petits enfants viennent parfois en visite en Terre Sainte sont ravis de savoir que leur patrimoine a été préservé et ils en sont fiers et nous aussi.

Quartier de Sarona - Tel-aviv

Quartier de Sarona – Tel-aviv

Quartier de Sarona - Tel-aviv

Quartier de Sarona – Tel-aviv

 

 

 

 

 

 

 

Tel-aviv le « Café Tamar » et la Dame aux cheveux bleus

En passant dans la rue Shenkin à Tel-Aviv hier, je n’ai pu résister à l’envie de passer devant le « Café TAMAR » ce café mystique où tant d’écrivains, artistes, journalistes ont passé des heures entières à écrire des articles, livres, chansons dont certaines se sont inspirées de l’endroit même.

Le café a fermé ses portes à la fin du mois de Juin 2015. Sarah Stern, la femme aux cheveux bleus qui a célébré son 90e anniversaire cette année, l’a gérée d’une main de Maitre pendant 74 ans et vient de se retirer.

Le café ouvrit ses portes en 1941, et fut repris en 1956 par Abraham et Sarah, qui se rencontrèrent dans les sables égyptiens durant l’Epoque britannique . Après la mort d’Abraham en 1966, Sarah prit en main le café et se fit reconnaitre et appréciée pour sa facon directe de mener à bien son affaire et devint réputée pour une de ses spécialités  »le bagel grillé ».

Le café  »Tamar »  de Tel-Aviv devint le lieu mytique de prédilection de la bohème de Shenkin qui y passait de nombreuses heures à discuter de politique, religion et des dernières tendances du jour.

La rue Shenkin, reconnue pour être  la  » Rue de la Bohème  » si étonnante et intéressante le doit aussi aux journalistes du journal  »Davar » un quotidien dont les bureaux étaient à proximité du café et par ce fait, de nombreux politiciens y menaient leurs affaires, plus récemment les gens du monde de la culture et de l’art en ont fait leur  »Maison ».

Cette porte fermée m’attrista et en regardant par une des fenêtres je fus surprise de réaliser que tous les meubles étaient à leur place immuables, inertes comme dans une image dont le temps serait suspendu.

L’architecte Oskar Kaufmann et le Style International

J’ habite rue Yael, à Tel-Aviv dans un des immeubles construits par l’architecte Oskar Kaufmann.

Cet architecte juif hongrois, un pianiste qui aimait l’art, émigra en Eretz-Israël en 1934 et fut l’un des architectes créateurs et innovateur du style International et de la planification moderne de l’urbanisme des villes de Tel-Aviv et de Haïfa.

Une de ses oeuvres est le Théâtre National de Tel-Aviv « Habima  » .

 

20150402_113423

20150402_113448 20150402_113504

Patrimoine mondial de l’UNESCO en Israel

SITES EN ISRAEL

Inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

La forteresse de Massada

La forteresse de Massada

Le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir.

Nos patrimoines culturel et naturel sont deux sources irremplaçables de vie et d’inspiration.

Des lieux aussi extraordinaires et divers que les étendues sauvages du parc national de Serengeti en Afrique orientale, les Pyramides d’Egypte, la Grande Barrière d’Australie et les cathédrales baroques d’Amérique latine constituent le patrimoine de notre monde.

Saint Jean d'Acre

Saint Jean d’Acre

Ce qui rend exceptionnel le concept de patrimoine mondial est son application universelle. Les sites du patrimoine mondial appartiennent à tous les peuples du monde, sans tenir compte du territoire sur lequel ils sont situés.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) encourage l’identification, la protection et la préservation du patrimoine culturel et naturel à travers le monde considéré comme ayant une valeur exceptionnelle pour l’humanité.

Pagoda - Tel-Aviv Style International

Pagoda – Tel-Aviv style international

Tel-Aviv Style International

Tel-Aviv style international

Lieux des sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en Israël :

–    Massada (2001)
–   La Vieille ville d’Acre (2001)
–   Ville blanche de Tel Aviv  – le           mouvement moderne (2003)
–  Route de l’encens –Villes du            désert du Néguev (2005)
   Tels bibliques –Meggido , Hazor,  – Beer – Sheba (2005)|             – Lieux  saints  Baha’is  à Haïfa  et    en Galilée  occidentale (2008)

–  Sites de l’évolution humaine du Mont Carmel :
   les grottes de Nahal Me’arot/Wadi el-Mughara (2012)
– Les grottes de  Maresha  et de  Bet-Guvrin  en  basse Judée ,
   un microcosme  du pays des grottes (2014
–  Tel Aviv – ville « créatrice » (2014)

–  Vieille ville de Jérusalem et ses remparts (1982) – à la demande de la Jordanie

Israël est devenue membre de la Convention du Patrimoine culturel de l’Unesco en 1999

Le Marché d’antiquités de Tel-aviv

   Un Marché d’antiquités vous est proposé tous les  mardis et vendredis sur la Place Zina                                                          Dizengoff à Tel-aviv

                  Les couleurs et la diversité sont un grand plaisir pour les yeux.

                 Une partie du marché est également réservée à la vente de vêtements de style                                     intemporel à des prix défiants toute compétition

marche de dizengoff 4

marche de dizengoff marchede dizengoff

Le Cimetiere Trumpeldor – Le  »Père Lachaise » d’Israël

La Tombe de Shoshana Damari

La Tombe de Shoshana Damari

Dans la rue Trumpeldor à Tel-aviv, au sud de la ville blanche et à deux pas de la belle plage de celle-ci se trouve le Cimetière le plus connu d’Israël appelé du même nom, un peu notre  »Père Lachaise » israëlien.

Le nom vient de Yosef Trumpeldor – un Héro de l’Histoire Moderne du Sionisme.

A la fin du XIXieme siècle ce cimetière se trouvait en dehors de la ville de Jaffa quand bien même Tel-aviv n’existait pas encore.

Il était si éloigné de la ville Ottomane qu’à la tombée de la nuit les  »croque-morts » avaient quelques difficultés a trouver leur chemin, de nombreuses anecdotes nous sont racontées sur les déboires de ces braves gens.

Une des raisons était : la Peste qui envahit la ville et les corps devaient etre enterrés le plus loin possible afin d’éviter une épidémie.

Un cimetière qui, depuis longtemps a été laissé pour compte, délabré, dont les tombes pour certaines sont sans nom.

Cependant quel émerveillement de découvrir toutes ces personnalités qui y sont enterrées : Moshe Sharett – deuxième Premier Ministre d’Israël,  Meir Dizengoff – le premier Maire de Tel-Aviv, ainsi que Chaim Arlosoroff, Ménahem Sheinkin, Max Nordau et d’autres personnages fondateurs du Sionisme ainsi que des artistes : le poète national Haïm Nahman Bialik, Shaul Tchernichovsky, des peintres Gutman et Reuven Rubin, et celles de chanteurs très connus enterrés plus recemment ; Shoshana Damari et Arik Einstein.

Sur ces tombes là beaucoup de pierres y sont régulierement déposées, comme le veut la tradition, par les nombreux admirateurs qui viennent leur rendre un dernier hommage.

         Dans le Cimetiere Trumpeldor l’on trouve comme disent si souvent les enfants…

                                       TOUS LES NOMS DES RUES DES VILLES D’ISRAEL 

 

La Tombe d'Arik Einstein

La Tombe d’Arik Einstein