Archives du mot-clé croyance

La légende des Maries aux Saintes Maries de la Mer

 

20160201_175542_HDR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Saintes Maries de la Mer en Provence nous raconte une fascinante légende.

Les trois Saintes,  Marie-Madeleine, Marie Salomé et Marie Jacobé, dont les reliques sont l’objet de la dévotion des pèlerins aux Saintes Maries de la Mer. furent les premiers témoins  de la résurrection de Jésus après sa crucifixion, d’après les Evangiles.

Elles auraient ensuite suivies leur oncle Joseph d’Arimathie en barque vers Alexandrie en Egypte en compagnie de Lazare et sa famille, Marthe, Marie Madeleine et quelques autres. Une légende française de longue date nous parle de leur dérive qui les entraîna sur cette côte méditerranéenne près d’une forteresse nommée à l’époque   » Oppidum-Râ » devenue  les Saintes-Maries-de-la-Mer en 1838.

La très belle église forteresse, construite au Moyen Age qui est au cœur de la ville nous rappelle les dangers qui sévissaient dans cette région par la venue impromptue de pirates, elle était un refuge stratégique qui permettait à la population de se mettre à l’abri du danger. Ce qui explique aussi les murs percés de meurtrières et un puits d’eau douce qui se trouve à l’intérieur de celle-ci.

Quand on parle de Camargue et des Saintes, c’est cette image des Gitans qui nous vient en tête et surtout leur Pèlerinage religieux annuel du mois de Mai en l’honneur de leur Sainte :

Sarah la Noire .

Sainte Sarah patronne des gitans

Sainte Sarah patronne des gitans

Qui était cette Sainte  »Sarah la Noire » ?

Une servante égyptienne à la peau mate toute dévouée à ces trois Maries

cette femme généreuse du village qui les accueillit chaleureusement à leur arrivée en leur offrant l’hospitalité.

Plusieurs villes méditerranéenne Marseille, Arles, les Baux de Provence revendiquent le privilège d’avoir accueilli la Barque des Saintes.

Marie Jacobé, Marie Salomé et Sarah furent inhumées ensemble et sur place au cœur même des Saintes là où fut construite l’église médiévale.

On retrouve la tombe de Marie Madeleine dans le massif de la Sainte Baume….

Tandis que Marthe, la sœur de Lazare, terrassa un monstre appelait ‘Tarasque » qui sortait de l’eau du Rhône et dévorait les gens et le bétail à Tarascon et convertit la population à cette nouvelle religion… le Christianisme.

 

Emblème de la Mairie des Saintes Maries de la Mer

Emblème de la Mairie des Saintes Maries de la Mer

 

 

 

 

Publicités

Les œuvres d’Antonio Barluzzi – Un architecte remarquable

L’architecte Antonio Barluzzi (1884-1960)

L’architecte Antonio Barluzzi

L’architecte Antonio Barluzzi (1884-1960) est né à Rome, il consacra sa vie à la Terre Sainte en concevant pour le compte de la Custodie de la Terre Sainte des nouveaux Sanctuaires, parmi lesquels les premiers édifices bâtis au pied du Mont des Oliviers appelé  »Gethsémani » voulant dire le  »Pressoir à huile » et sur le Mont Tabor  »l’Eglise de la Transfiguration », qui furent suivis par bien d’autres ouvrages.

Barluzzi apporta à la Terre Sainte une architecture nouvelle. Auparavant, les concepteurs suivaient les styles des époques passées en reconstruisant des églises de forme gothique-croisée, byzantine ou classique.

Antonio Barluzzi, profondément croyant, conçut ces sanctuaires religieux de façon à rappeler le « Mystère de la vie de Jésus » et afin qu’une sérénité soit ressentie par tous les fidèles durant leur visite dans ces lieux sacrés.

Après avoir reçu la mission de concevoir la nouvelle « Église de Toutes-les-Nations » à Gethsémani,  projet qui prévoyait également la conception du Sanctuaire du  Mont Tabor, Barluzzi adapta le projet en fonction des découvertes qui eurent lieu au même moment sur les ruines de l’Eglise byzantine du IVème siècle.

La basilique a été conçue comme un espace unique, comprenant seulement deux rangées de six colonnes, à l’intérieur duquel la lumière est filtrée par des vitrages de couleur bleu nuit et où scintillent des milliers d’étoiles nous rappelant la Nuit de l’agonie de Jésus.

Les mosaïques qui ornent les absides sont des illustrations d’événements s’étant produit sur le Gethsémani : l’agonie, l’arrestation avec le baiser de Judas.

L’Eglise fut construite en 1924 et le Judas representé nous rappelle l’image du Juif typique de cette époque antisémite.

Les décorations des voûtes et des petites coupoles prennent la forme des oliviers du Jardin et représentent le ciel étoilé de la nuit de la trahison, tandis que la coupole dorée, au-dessus du presbytère, rappelle le mystère céleste.

Tout a été spécifiquement pensé pour rendre ce lieu propice à la méditation et à la prière et pour conduire vers l’élément le plus important : la pierre, rappelant l’emplacement où Jésus passa la nuit à pleurer et prier, située à proximité de l’autel.

 

On l’appelle aussi la Basilique de Toutes-Les-Nations car douze nations ont participés à sa construction, chiffre symbolique représenté par les douze dômes.

Antonio Barluzzi était assez frusté de n’être pas assez connu aussi laissa                                         t’il son empreinte en se faisant représenter sur la voûte de la                                                               coupole de l’abside de droite,

Il en sera de même dans  » l’Eglise de la Visitation » à Ein Karem où on peut le voir peint sur un des tableaux à l’intérieur de l’Eglise.

En 1960 commencèrent les constructions d’une église encore plus remarquable celle de                 » l’Annonciation à Marie » à Nazareth.

Barluzzi mourut cette année là et n’aura pas l’occasion de voir cette Eglise construite d’après ses plans.

La Basilique de l'agonie - Gethsemanie

La Basilique de l’agonie – Gethsemanie

Le Mont des beatitudes et l'Eglise du Sermon de la Montagne

Le Mont des beatitudes et l’Eglise du Sermon de la Montagne

Mont Tabor - L'Eglise de la Transfiguration

Mont Tabor – L’Eglise de la Transfiguration

Vue du Mont Tabor et de l'Eglise de la Transfiguration

Vue du Mont Tabor et de l’Eglise de la Transfiguration

Un moment solennel au Saint Sepulchre

Une cérémonie solennelle et lyrique à laquelle nous avons assisté au Saint Sépulchre à Jérusalem20150507_11392020150507_115104 20150507_113812 20150507_11402820150507_115055

Les Monastères byzantins et les « laures »

Les laures dans le désert de Judée

Les laures dans le désert de Judée

                                Les laures (laurae en latin) sont constituées de grottes,
                                parfois de cellules, qui donneront leur nom à l’ensemble
                               monastique dont les fascinants vestiges sont les principaux
                                    témoignages des premiers monastères chrétiens.

Dans l’Eglise orthodoxe et dans les Eglises orientales, une laure est une institution religieuse où les moines vivent (de monos, seuls), cinq jours sur sept, comme des ermites, dispersés dans une région éloignée des zones habitées. Le samedi soir, le dimanche et les jours de fête, sont des jours communautaires où les moines se rassemblaient sous la conduite d’un abbé pour chanter ensemble les offices, prendre les repas en commun et recevoir l’enseignement d’un ancien. Puis Ils rejoignaient leur ermitage pour la semaine chargé d’un panier de provisions (aliments cuits, vins, etc…) Il s’agit d’un mode de vie monastique mixte semi-érémitique.

Mar Saba Fevrier 2015

Mar Saba Fevrier 2015

Mar Saba est né en 439 AD à Cappadoce il dirigea la grande Laure de Mar Saba pendant presque 50 ans. Durant toutes ces années il agrandit le site afin d’accueillir les centaines de moines qui résidaient dans la région et construisit des murailles pour protéger la communauté.

Sabas a vécu environ 10 ans dans une grotte près de l’emplacement futur du monastère. Il a trouvé dans ce site éloigné, près d’un lit de rivière le Cédron, l’endroit idéal pour se recueillir et vivre parfaitement sa solitude.

Le Cédron dans le désert de Judée fevrier 2015

Le Cédron dans le désert de Judée fevrier 2015

Un total de treize monastères ont été établis dans le désert de Judée grâce à Mar Sabas et à ses moines dont certains sont devenus célèbres notamment celui de Martyrius et Euthemius. Le nombre d’ermites est passé de quelques centaines à des milliers durant cette période.

Il a influencé et remodelé les coutumes et les habitudes de vie des moines. Il a été le premier parmi  »les pères du désert ermite » qui ont formulé un ensemble de règles écrites sur la conduite et le mode de vie des moines dans le désert de Judée.

Monastère Saint Georges wadi qelt désert de Judée

Monastère Saint Georges wadi qelt désert de Judée

Neot Kedoumim

 

20150203_111123

 

 

 

 

 

 

20150203_110400

 

 

 

 

 

 

Néot Kedumim, le

                                         paysage biblique

                                                                                Réserve Naturelle d’Israël,

Nous étions tous des guides dans ce magnifique Voyage Biblique et remercions Ronit qui nous a fait découvrir des passages remarquables de la Bible et nous a beaucoup appris                                                             sur les plantes bibliques

Ce jardin Biblique dans toute sa profondeur permet aux visiteurs de comprendre la vie telle qu’elle a été vécue par nos ancêtres il ya 3000 ans. Plus qu’un « jardin » montrant diverses plantes, Neot Kedumim incarne le panorama et la puissance des paysages qui ont façonné les valeurs de la Bible et fourni le vocabulaire riche pour exprimer ces valeurs.

Neot Kédumim est un parc biblique sur le chemin de Tel-Aviv / Jérusalem sur la route 443.

 

 

Visit of Neot Kedumim