Archives du mot-clé memoire

Un visiteur pas comme les autres – MARK TWAIN

Mark Twain

Mark Twain

Mark Twain est le nom de plume de Samuel Langhorne Clemens, né le 30 novembre 1835 dans une famille américaine catholique.

Il grandit à Hannibal dans le Missouri, site mentionné dans ses livres  »Tom Sawyer et Huckleberry Finn ». Durant son adolescence Il sera apprenti : chez un imprimeur, puis comme compositeur, contribue aux articles du journal de son frère aîné Orion Clemens. Il sera également mineur puis pilote de bateau sur le fleuve Mississippi. Il ne manque pas de raconter avec humour son manque de succès dans l’exploitation minière, pour finalement se tourner vers le journalisme.

En juin 1867,  il rejoignit une commission de journalistes avec un groupe restreint de passagers qui avaient réservé pour une grande «excursion d’agrément» de cinq mois et demi en Europe et en Terre Sainte sur le vapeur  »Quaker City ». Le but de ce voyage était d’écrire un article, pour le magazine  »Alta california » sur les « Nouveaux Pèlerins et le Tourisme »,  intitulé  »Voyage de plaisir en Terre Sainte ».

Son récit du voyage il nous le raconte dans le livre  »Le voyage des innocents » ses compagnons de voyage ne lui inspiraient guère de sympathie due a leur comportement trop pieux à son goût.

Après avoir visité l’Europe, ils arrivent au Proche Orient en passant par la Syrie, le Liban et finalement la Palestine. Marc Twain s’étonne de la petitesse du lac de Tibériade, trop habitué à la grandeur des lacs américains, il part pour Nazareth, le Mont Tabor, traverse la Samarie, de Naplouse il partira vers la Vallée du Jourdain en plein mois d’août sous une chaleur de plus de 40 degrés… il raconte la difficulté de trouver un arbre, un point d’eau pour se rafraîchir après des heures de marche….que du désert aride, une désolation ultime.

Tout comme chaque visiteur de l’époque, la Bible était leur seul recours pour reconnaître les lieux saints et ces sites, si souvent mentionnés, leur semblaient plus grandioses que la réalité.

Enfin il voit le Jourdain, une rivière qui peut se traverser à pied ! quelle déception, en comparaison au Missouri … il appellera donc le jourdain – le mississi …pipi  !

Finalement, il arrive à Jérusalem, il est très impressionné par la vue des murailles et reste des heures à les contempler. Il se décide à rentrer dans la vieille ville qu’il trouve puante, sale, vétuste, surannée … décevante. Il s’installe à  »l’hôtel Méditerranéen » dans le quartier juif de l’époque. Ce même bâtiment qu’Ariel Sharon achètera 150 ans plus tard en 1987 et qui est depuis sa mort une  »yeshiva » une école talmudique.

Des moines le guideront dans la vieille ville, il sera contrarié par leur manque de culture… au Saint Sépulcre il voit la tombe d’Adam … enfin un membre de sa famille pense t’il et il en est ému !!

A son retour on lui demande  »Comment était ce voyage de plaisir en Terre Sainte ?                    Le titre ne lui convenait guère car pour lui ce fut loin d’être un voyage de plaisir !

« De tous les pays qui ont un panorama de désolation, je pense que la Terre Sainte doit avoir la couronne !!  On devrait intituler l’article :                                                                                                « Un voyage pour le grand enterrement de la Terre Sainte! » Un pays en deuil, maudit qui a perdu toute sa grandeur, sa beauté et est devenu une terre maudite oublié de Dieu »

Le premier Ministre israélien au cours d’une rencontre avec Barack Obama lui a offert le livre de Mark Twain en lui disant voilà ce que le peuple juif a fait de ce pays maudit …

Mark Twain a rencontré Théodore Herzl et  voulait faire jouer la pièce de théâtre de ce dernier  »le Nouveau Ghetto » à Broadway. Mark Twain pensait que les juifs ne devaient pas retourner en Palestine car ils pouvaient être plus influents en restant dans leur pays respectif.

Il écrivit son autobiographie en 1910 et, selon sa demande, elle ne devait être publiée qu’en 2010 à l’occasion du 100eme anniversaire de la mort de Twain.

Son esprit et sa satire, en prose et en discours, ont mérité les éloges de la critique et de ses pairs, il a été salué comme le « plus grand humoriste que les États-Unis ont produit ».

Twain est né peu de temps après l’apparition de la comète de Halley, et il a prédit qu’il «sortirait avec» il est mort le 21 Avril 1910 un jour après que la comète se soit rapprochée de la Terre.

Le voyage des innocents (Petite bibliothèque payot) (French Edition): Twain, Mark: 9782228889506: Amazon.com: Books

Le photographe qui fait revivre l’Histoire – Rudi Weissenstein

RUDI ET MYRIAM WEISSENSTEIN

RUDI ET MYRIAM WEISSENSTEIN

MYRIAM WEISSENSTEIN

Né en 1910 en Tchécoslovaquie, Shimon Rudolf « Rudi » Weissenstein étudie la photographie à Vienne et émigre en Palestine en 1934. Dès son arrivée; il va photographier la vie quotidienne des immigrants juifs de l’époque et accumule une vaste collection de plus d’un million de négatifs, les plus connus seront certainement ceux de la déclaration d’indépendance d’Israël par David Ben Gurion en 1948. Jusqu’à sa mort en 1992, il tenait avec sa femme Myriam (danseuse de profession) un magasin de photographies à Tel-aviv où étaient exposées pèle mêle toutes ses photos.

Le magasin de la rue Allenby m’était familier, les photos en noir et blanc de la vitrine reflétaient un passé que les israéliens ne veulent pas oubliés. J’étais tout particulièrement fascinée par cette photo d’une dame d’une immense vitalité qui sautait joyeusement en l’air dont l’ultime moment fut happée en vol par un photographe, son mari.

J’ai été aussi très touchée par ce couple insolite, Myriam et son petit fils Ben Peter Weissenstein, qui racontaient il y a une dizaine d’années dans un documentaire de Tamar Tal  »Life in Still » leurs craintes et difficultés de survie et se battaient pour préserver ce patrimoine et leur magasin de photographies, en danger de disparaître définitivement, car la mairie de Tel-Aviv voulait rénover leur édifice et leur proposait en offrande de s’installer dans un nouveau bâtiment de la rue Tchernichovski.

Myriam Weissenstein est décédée en 2011 à 98 ans, quelques mois après le déménagement du magasin dans son emplacement actuel après s’être battue pendant des années pour sauver la boutique d’Allenby. Son petit fils gère les archives et photos du magasin qui est actuellement fermé due à la pandémie du covid19 mais disponible sur le site Web de la boutique.

MYRIAM WEISSENSTEIN

MYRIAM WEISSENSTEIN